De retour à Montréal:  PABLO VERON